Retour

A Toulouse, depuis 2014, l’Opposition a la parole

10152469_482555005277908_7028827181885479158_n

Par voie de communiqué de presse, certains membres de l’Opposition municipale fantasment sur une prétendue moindre qualité du débat démocratique à Toulouse en raison de la baisse du nombre de Conseils municipaux.

Pourtant, regarder les données objectives suffit à démontrer qu’il s’agit là d’un coup d’épée dans l’eau du Canal.

En effet, en 2015, Jean-Luc Moudenc a alloué au total sur l’année 21h50 de temps de parole à l’Opposition lors des Conseils municipaux. Au Conseil de vendredi dernier, celle-ci a pris la parole pendant 5h31 au total, soit près de 50% de la durée de l’instance.

Or, sous la mandature précédente, l’Opposition avait bénéficié de 2 fois moins d’espace d’expression, avec respectivement 10h44 en cumulé sur tous les Conseils de 2009, 9h09 en 2010, 11h08 en 2011, 7h38 en 2012 et 9h36 en 2013.

Voila qui démontre qu’il n’y a aucun lien entre nombre de Conseils municipaux et espace d’expression de la Minorité.

Ce qui compte, c’est qu’un maximum de citoyens ait accès aux débats. Et c’est pour cela que nous avons, depuis peu, pris la décision de diffuser sur internet en vidéo les débats du Conseil de Toulouse Métropole.

Nous relevons aussi qu’aveuglés par leur volonté de nous attaquer, les élus concernés critiquent en plus le nombre de Conseils de la Métropole, indiquant que ne l’avoir réuni que 4 fois en 2015 n’était pas suffisant. Cela tombe bien, il a été réuni… 6 fois ! Erreur involontaire ou mensonge délibéré pour défendre l’indéfendable ?

Notons enfin que l’Opposition a beau jeu de lancer une petite polémique sur ce sujet. En effet, c’est bien la Municipalité d’alors, dirigée par Pierre Cohen et composée d’élus EELV, qui, en 2009, avait été condamnée par le tribunal pour ses pratiques antidémocratiques !

Alors aux manettes, l’Opposition d’aujourd’hui avait dû, forcée par les juges, laisser plus d’espace d’expression démocratique à la Minorité !

Et, aujourd’hui, elle se plaint d’un traitement bien meilleur que celui qu’elle nous a réservé hier, qui lui a valu une condamnation juridictionnelle… Quel culot ! Mesdames et Messieurs les donneurs de leçons, méditez la maxime de la paille et de la poutre !

Groupe Toulouse Ensemble